sur chaise.jpg
unnamed.png

Le Shiatsu en France

Dans certains pays dotés d'une législation appropriée, le praticien de Shiatsu est considéré comme un thérapeute à part entière et peut, à ce titre, poser un diagnostic.

Au Japon, le shiatsu est une thérapie manuelle reconnue officiellement depuis 1955 par le Ministère de la Santé, du Travail et du Bien-Etre Social. Il est donc reconnu comme médecine conventionnelle. 

Le shiatsu, en tant que thérapie manuelle d'origine japonaise, entre dans la catégorie des médecines traditionnelles citées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le shiatsu est l'une des huit approches complémentaires citées dans la résolution A4-0075/97 du Parlement européen, votée le 29 mai 1997, en tant que "médecine non conventionnelle digne d'intérêt". Pourtant, en Europe, le shiatsu est seulement reconnu comme médecine alternative en Autriche et en Suisse. 

En France, la législation ne permet par à des non-médecins de poser un diagnostic et ne considère pas le Shiatsu comme une médecine complémentaire.

L'une des premières reconnaissances officielles a été le titre "Spécialiste Shiatsu" opéré par le Syndicat Professionnel en Shiatsu (SPS) en 2015.

Depuis, d'autres titres RNCP sont apparus comme celui de "Technicien en acupression énergétique et shiatsu" obtenu par l'Académie de shiatsu dirigée par Roland Boudet.

Sur un plan législatif, un titre RNCP n'est pas obligatoire pour exercer du shiatsu, mais la reconnaissance professionnelle est un premier pas vers une évolution des mentalités.